Le Conseil général adopte le schéma départemental des personnes agées

le nouveau schéma départemental en faveur des personnes âgées pour la période 2011-2016 fixe les grandes orientations des interventions du Conseil général en faveur de nos aînés.

Après un long travail de concertation entre les différents acteurs, les professionnels et les Essonniens eux-mêmes, l’Assemblée départementale a adopté à l’unanimité son nouveau schéma départemental en faveur des personnes âgées.

Rappelons que ce travail d’élaboration s’inscrit dans un contexte budgétaire contraint notamment du fait de la non compensation financière par l’Etat d’un certain nombre de dépenses sociales transférées (APA, PCH) ou des modifications intervenues récemment en matière de fiscalité locale. S’ajoute à cela la recomposition importante du paysage institutionnel concernant les secteurs sanitaires et médico-sociaux avec l’installation effective, depuis avril 2010, des Agences régionales de santé (ARS).

Les enjeux d’un Département qui vieillit
La population des plus de 80 ans est celle qui augmentera le plus fortement dans les décennies à venir en France et en Essonne. Elle passera de 3,5% de la population totale à 6,4% soit un quasi-doublement. Le nombre de personnes âgées potentiellement dépendantes supplémentaires devrait s’élever en 2020 à 4200 en Essonne. Ce vieillissement de la population induit de nouveaux enjeux et pose de nouveaux défis en termes de prise en charge car parfois, trois générations de retraités vivent au sein d’une même famille.

Outre la question de la dépendance, celle de la prise en compte des spécificités de la personne âgée, de l’accessibilité financière aux établissements, ou tout simplement, celle de la place de nos aînés dans notre société sont posées.

Loin d’être un catalogue de mesures, le nouveau schéma départemental en faveur des personnes âgées se veut, avant tout, être un outil pragmatique au service des Essonniens, des professionnels et des partenaires locaux.

Trois axes stratégiques guident l’action du Conseil général, proposant ainsi des réponses concrètes aux besoins de nos aînés.

Contribuer au bien vivre de la personne âgée
La première priorité s’attache à favoriser le bien vivre de la personne âgée et de sa famille. Cela passe par l’accompagnement de la personne âgée tout au long de son parcours résidentiel (logements adaptés, services à la personne…), ainsi que la prévention des risques liés à l’âge (maltraitance, santé, chute…). Le Conseil général entend ainsi mieux accompagner les aidants en créant un lieu ressource d’informations et de soutien.

Son intervention vise également à adapter l’offre de prise en charge en fonction des besoins existants. Des places supplémentaires sont nécessaires sur notre territoire ainsi qu’une prise en charge accrue des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Un outil informatique d’identification des places disponibles en Ehpad devrait par exemple voir le jour pour mieux améliorer l’information du public et adapter l’offre à la demande. A noter enfin, une meilleure prise en charge de la spécificité des populations immigrées vieillissantes, en adaptant par exemple les documents d’information.

Valoriser l’expression de la personne âgée
Le deuxième axe d’intervention a pour objectif de valoriser la personne âgée dans la Cité. Le Conseil général va, en particulier, lutter contre les facteurs d’exclusion ou de discrimination en combattant par exemple la fracture numérique et incitera la multiplication les échanges entre générations (partage de savoirs, maison solidaire où une personne âgée partage son domicile avec un étudiant par exemple, etc).
Cela suppose également que la prise de parole de la personne âgée soit favorisée, entendue et relayée. Un travail de concertation accrue entreles instances de représentation comme le Coderpa, et le Département sera mené. De même, le rôle des conseils de la vie sociale des établissements sera renforcé. Enfin, la promotion et la valorisation des métiers de l’aide à domicile seront menées grâce à la mise en place d’un fonds dédié à la formation pour permettre une meilleure prise en charge à domicile.

Adapter le schéma aux territoires
Le dernier axe d’intervention vise la dynamisation du réseau des partenaires en associant plus efficacement les communes et leurs regroupements à la mise en œuvre des orientations du schéma sur leurs territoires. Il s’agira d’établir des contrats locaux territoriaux du bien vieillir, pour décliner les actions au plus proche des usagers et d’harmoniser les initiatives de chacun. L’ensemble des politiques départementales sera concerné (logement, aides, sport, culture,…). La logique du pragmatisme s’appliquera pour que les actions en direction de nos aînés soient mieux partagées et plus efficaces sur l’ensemble de l’Essonne, malgré des réalités quotidiennes très différentes (sud rural, nord urbanisé).

L’autre action structurante sera de favoriser la mise en réseau des intervenants auprès des personnes âgées. Les Centres locaux d’information et de coordination (CLIC) et les équipes médico-sociales seront amenés à collaborer plus étroitement, soit en fusionnant, soit en travaillant dans les mêmes locaux pour créer une Coordination locale pour l’autonomie (CLA).

Après l’étape décisive de son adoption, le schéma va se décliner progressivement sur notre territoire. Anticiper les besoins et mieux prendre en compte les besoins de nos aînés guideront son application pragmatique sur l’ensemble de l’Essonne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s