Confirmer l’essai !

Coincées entre la terrible crise du Japon et les bombardements en Libye et niées par un silence coupable de la part du gouvernement et de l’UMP, les élections cantonales ont été reléguées au second rang dans l’esprit des Français.

L’abstention s’en est fait lourdement ressentir. C’est un crève-cœur pour les républicains que nous sommes. Nous devons relever ce premier défi : faire remonter la participation dimanche prochain. Il faut retourner dans les barres d’immeubles, les cours de fermes, les centres commerciaux et aller expliquer encore et encore pourquoi le vote est le fondement de la citoyenneté. Expliquer encore et encore que le désespoir social, conséquence des années Sarkozy-Chirac, doit trouver dans le vote un exutoire politique. Expliquer encore et encore que rejeter l’autre au nom de la peur, du racisme, de la bêtise amènera notre pays au chaos. Expliquer et expliquer encore qu’il y a, grâce aux départements de gauche, des politiques de solidarité qui perdurent. Que l’APA, le RSA, les équipements des collèges, les aides à la petite enfance ne tombent pas du ciel mais sont les conséquences de choix politiques d’hommes et de femmes qui se dévouent pour les autres. Qu’une société plus sobre énergétiquement, plus juste socialement, plus efficace économiquement, ne peut passer que par un vote utile, un vote utile au changement. Ce changement, ce sont les candidates et candidats socialistes qui l’incarnent. Ils ont la responsabilité de porter la voix de la gauche au second tour. Une voix forte qui doit devenir puissante dimanche prochain. Une voix qui doit faire barrage à toute tentation d’extrême droite. Une voix militante pour chacun de nos cantons que nous saurons défendre dans l’intérêt général. Une voix restaurant l’image de la République ! Une voix d’espoir dans un monde qui se désespère.

Nous avons réussi une première étape intéressante. Nous virons en tête au premier tour. Il reste une semaine pour convertir cet essai. J’en appelle donc à chaque élu, quel que soit son territoire. J’en appelle à votre solidarité pour que chacun et chacune vienne épauler nos candidats, qu’ils soient en tête ou en difficulté, dans chaque canton de France. J’en appelle à notre sens collectif de l’engagement. Une victoire de l’un des nôtres est un gage de changement. Une défaite : un recul de nos idées. Je veux, dimanche prochain, ne voir qu’une nouvelle avancée de la justice sociale. Partout en France.

Marylise Lebranchu

Présidente de la Fédération Nationale des élus socialistes et républicains

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s